6- Au coeur de Versoix :

Suite à la publication en 2004 de l’étude de faisabilité du secteur de la gare et sur le conseil de membres des autorités de la ville de Versoix, le VRAC a actualisé son projet pour « l’incarner » dans le futur bâtiment prévu en face de la gare, au-dessus d’un vaste parking souterrain, sur des terrains appartenant à la Commune de Versoix et à l’Etat de Genève.

Selon les gabarits publiés dans l’étude de faisabilité, nous avons risqué une étude volontairement sommaire afin de vérifier la possibilité d’intégration des activités de base composant ce projet minimum, ainsi que leur articulation, dans les volumes prévus.

En résumé : estimation des surfaces

- un hall d’entrée 100 m2
- un bistrot 110 à 230 m2
et ses annexes s’ouvrant sur une terrasse (la place)
- Espace exposition, « foyer » : 120 à 240 m2
- services (dépôts, toilettes...) 90 m2
- 2 salles Ateliers Arts : 120 m2
- 2 salles de cinéma : 150 et 60 places : 190 et 80 m2

La circulation entre ces lieux est à étudier avec un soin particulier pour favoriser la convivialité.

Extensions possibles :
- Salles de cours (EQV) et de réunion pour les associations
- Salle de danse (cours et soirées dansantes) genre Moulin à Danses
- Espace média (téléversoix, versoix-région, cyber-espace)
- Espace ados
- Bibliothèque, ludothèque
- Salle de jeux (genre bowling)
A défaut de ces extensions, la surface restante pourrait être affectée à des bureaux et locaux commerciaux.

Les architectes du Vrac ont proposé (à titre gracieux) quelques esquisses qui ne sont là que pour illustrer ce que pourrait être ce lieu et donner quelques éléments numériques à notre réflexion.

Conclusion de l’esquisse des architectes vrac :

«... Il semble donc qu’au terme de cette première esquisse, ce projet puisse s’accorder pleinement aux objectifs du rapport final d’étude de faisabilité d’une part, et aux besoins nécessaires à l’exploitation par le vrac de ses activités. Cette première estimation des surfaces nécessaires au fonctionnement du vrac montre donc que ses activités en termes d’occupation volumétrique devraient pouvoir prendre corps dans le volume proposé.

Il s’agira maintenant d’évaluer les coûts et les rapports entre les activités du vrac et le surplus de surfaces qui pourrait être alloué à d’autres activité, en sachant que le dispositif permet une souplesse relative dans l’adaptation des surfaces exploitables. A ce stade et sur le même schéma, sans rompre l’équilibre des proportions, il est bien sûr possible de « jouer » sur les limites des différentes entités de programme ainsi que sur une répartition différente entre les niveaux.
Cette esquisse devrait donc permettre une première évaluation critique des besoins et pourra servir de base concrète de réflexion pour l’affinement du projet.» (Ivan Dupanloup)

En l’état, il n’y a pas lieu d’avancer de proposition architecturale plus précise.

Conclusion

Complétant heureusement et harmonieusement les projets de place publique, d’hôtel, d’EMS, de crèche, de centre commercial, les nombreux locaux pour bureaux et commerces prévus sur les autres parcelles du secteur de la gare, ce nouveau « centre culturel versoisien » permettra à la ville de Versoix de disposer enfin d’un « forum » à la taille de ses ambitions et de son dynamisme pour les décennies à venir.

Le VRAC suggère la prise en compte, par les autorités, de ces propositions dans l’affectation du futur bâtiment de la place de la gare et souhaite être associé à la suite de la réflexion sur cet objet.

Une telle réalisation pourra peut-être voir le jour, si une volonté commune se dégage pour profiter de cette occasion unique de donner « de la vie au cœur de Versoix et encore plus de cœur à la vie de ses habitants» !